les monnaies en métal de cloche

7 messages • Vu 143 fois
https://www.numismatique-en-maconnais.fr/2012/05/la-recette-du-metal-de-cloche/

La “recette” du métal de cloche

Afin de palier au manque de cuivre pour fabriquer des monnaies divisionnaires, une loi du 6 aout 1791 ordonna de mélanger à parts égales du cuivre avec le métal des cloches.
Instruction relative au métal de cloche
Le procédé de fabrication du métal de cloche utilisé pendant la révolution pour frapper ces monnaies a fait l’objet d’une instruction officielle datée du 18 septembre 1791. A l’origine, cette instruction était destiné aux ateliers monétaires et apportait les solutions permettant de résoudre les problèmes posés par cet alliage hors normes.
Certains passages ressemblent cependant plus à une recette de cuisine qu’à un rigoureux procédé scientifique.
Ainsi, “Pour fondre ce mélange avec facilité, il ne faut d’abord mettre au creuset que la moitié de la matière qu’il doit contenir ; et lorsque cette moitié sera en pleine fusion, on doit jeter sur la surface du bain environ deux onces d’un flux composé de deux livres de sel ammoniac , et quatre livres de résine, bien pilés ensemble, auxquels on ajoutera huit onces environ de poussier de charbon bien pilé et bien sec. L’effet de ce flux est de rendre la matière ductile, en empêchant la calcination qui auroit lieu , sans cet intermède , par le seul contact de l’air sur la surface du métal en fusion.
On remettra ensuite l’autre moitié de la fonte préparée , et lorsque le tout sera en parfaite fusion , on réitérera la même dose du flux indiqué ; après quoi on brassera avec célérité et on coulera dans les moules.”
Cet alliage permettra la frappe des monnaies de 3, 6, 12 deniers et des pièces de 1 et 2 sols aux balances jusqu’à la création du système décimal. Les nouvelles monnaies de 1 et 5 centimes, 1 et 2 décimes seront alors réalisées en cuivre ou en bronze.
After the night when I wake up I'll see what tomorrow brings
https://www.monnaie-magazine.com/les-monnaies-en-metal-de-cloche/

"comme le stipule pour Paris, l'article 1 du décret du 25 Juin 1791 : « les cloches des églises supprimées dans le département de Paris seront fondues ou coulées en monnaies, à raison de 24 pièces d'un sou à la livre, et de 48 demi-sous »
After the night when I wake up I'll see what tomorrow brings
https://www.persee.fr/doc/arcpa_0000-0000_1887_num_27_1_11362_t1_0346_0000_5

Discussion sur les moyens d'employer le métal des cloches pour la fabrication des monnaies, lors de la séance du 20 juin 1791 [travail de l'Assemblée et productions du roi et des ministres]
- Beauharnais Alexandre François, vicomte
- Le Bois Desguays Jacques François
- Pervinquiere Mathieu-Joseph-Séverin
- Belzais de Courmenil, de Nicolas-Bernard
- Malouet Pierre-Victor
- Louis Simon
- Milet de Mureau Louis-Marie-Antoine
- Rabaud de Saint Etienne Jean- Paul
Archives Parlementaires de la Révolution Française Année 1887 27 pp. 346-351
Fait partie d'un numéro thématique : Archives Parlementaires de 1787 à 1860 - Première série (1787-1799)
After the night when I wake up I'll see what tomorrow brings
http://shenandoahdavis.canalblog.com/archives/2014/04/23/29725952.html

LA CRISE DE LA PETITE MONNAIE SOUS LA RÉVOLUTION

On se demande souvent pourquoi, depuis l'ouverture des hostilités, en 1914, on a manqué de petite monnaie, et que l'on en manque par moment et dans certaines régions, malgré la frappe continue de petite monnaie de bronze et d'argent.
Il paraît difficile de s'expliquer cette pénurie, qui a obligé de créer dans plusieurs départements et quelques villes, des jetons en carton et métaux divers, de 0,05 et 0,10 centimes et des coupures de 0,50, 1 fr. et 2 fr.
Un exemple frappant de cette pénurie de monnaie, s'est déjà produit en France. On en trouve les traces et explications dans les compte-rendus et décrets de l'Assemblée Nationale et la Constituante, de 1790 à 1793, en 1796 et du Directoire en 1799.
Un an après le 14 juillet 1789, des difficultés, concernant la petite monnaie, avaient provoqué de nombreuses plaintes, dont les suites sont indiquées dans le Procès-verbal du 5 décembre 1790, où il est dit :
Il a été fait, au nom du Comité des Monnaies, un rapport sur la nécessité de frapper de la petite monnaie ...
Les observations et opinions exposées, ont été suivies par ce projet :

1° Quelle est la somme de petite monnaie dont il paraît convenable d'ordonner la fabrication dans les momens actuels ?
2° Ordonnera-t-on de fabriquer de la monnaie billon, ou se bornera-t-on à une monnaie rouge et à une monnaie d'argent d'un titre bas ?
3° Adoptera-t-on la division décimale ?
Le Comité des Monnaies se concertera sur cet objet avec le Comité des Finances et indiquera les moyens d'exécution touchant la petite monnaie qui paraît nécessaire à la circulation.

Le 12 décembre on reprit cette discussion, et un Membre propose de :
... rechercher les moyens qu'on pourrait employer pour prévenir, tant l'extraction (la sortie) par les Étrangers de la petite monnaie d'argent qui serait nouvellement fabriquée, que les inconvénients ... des anciennes pièces de 24, 12 et 6 sols, altérés.
L'Assemblée invite M. Mirabeau et M. l'Evêque d'Autun (Talleyrand) à assister aux discussions ... au Comité des Monnaies, lequel est chargé d'examiner les avantages et les inconvénients du plan qui propose de tirer des cloches la quantité de cuivre dont on aura besoin pour la fabrication des Monnaies de moindre valeur.

30 sols
Le 10 avril 1791, soit 4 mois après, un Décret crée une commission chargée de surveiller la fabrication des Monnaies et le 15 avril, un Décret indique les Empreintes : Effigie du Roi Louis XVI, Roi des Français, au revers : Règne de la Loi et sur la tranche : La Nation, La Loi, le Roi.
Le 20 mai 1791, il y avait 5 mois et demi, que cette question avait commencé à être examinée. Elle ne faisait que s'aggraver, et l'on en trouve trace dans le Décret suivant, de ce jour :
Art Ier - Le Roi sera prié de donner les ordres LES PLUS PROMPTS pour faire fabriquer ... la quantité de monnaie de cuivre suffisante pour satisfaire aux besoins du royaume, et faciliter l'échange des petits assignats.
Deux jours après, le 22 mai 1791, un nouveau Décret dit :
Que le Roi sera prié de donner des ordres pour faire monnayer IMMÉDIATEMENT avec les anciens coins, les flaons existant actuellement ...
Un mois se passe, et le 24 juin 1791, un autre Décret décide :
Il sera INCESSAMMENT fait une même monnaie en sous et demi-sous, coulée avec le métal des cloches étant à la disposition de la nation, et elle charge son comité des Monnaies de lui présenter demain, les moyens d'exécuter le présent décret.
En effet, le lendemain 25 juin 1791 un Décret, en 13 articles, relatif à la fonte des cloches supprimées dans le département décide :
Article premier - Les cloches des églises supprimées dans le département de Paris seront fondues et coulées en monnaie ... à raison de 24 pièces d'un sou à la livre et de 18 demi-sous.
Le 6 août 1791, soit après 1 mois et demi, un Décret, en 6 articles, dit :
Article premier - La fabrication d'une menue monnaie avec le métal des cloches, aura lieu SANS DÉLAI.
Deux mois après, dans un Décret, du 12 octobre qui ordonne la fabrication des flaons de cuivre, qui sont ou seront déposés à l'Hôtel des Monnaies de Paris, par le sieur Delessert, il est dit :
"... composant 43.000 marcs, seront SANS DÉLAI, mis en fabrication."

Et le 8 janvier 1792, un Décret concernant la fabrication des assignats de petite valeur, indique à la fin :
Le Ministre des Contributions rendra compte tous les 15 jours à l'assemblée des progrès, de la fabrication desdits assignats et de la fabrication et distribution de la monnaie de cuivre ou de cloche.

Il avait donc fallu un an, pour commencer à lancer une certaine quantité de nouvelle monnaie de cuivre.

Le 27 janvier 1792, un Décret, en 5 articles précise :
Article premier - Les flaons provenant du métal des cloches fabriqués dans les villes de Besançon, Clermont-Ferrand, Arras, Dijon et Saumur, y recevront sans déplacement l'empreinte monétaire, au coin des nouvelles empreintes.
Article 3 - Le Ministre des Contributions publiques fera parvenir, DANS LE PLUS COURT DÉLAI, aux établissements ci-dessus, les ustensiles nécessaires.
Le 22 avril, nouveau Décret, en 20 articles, concernant la Fabrication de la Monnaie provenant du métal des cloches.
Le 6 juillet, un Décret indique les dispositions pour la mise à la disposition des divers payeurs de la Trésorerie nationale, suivant l'exigence du service public, des espèces de cuivre ou de métal de cloche.

Le 18 septembre 1792, un Décret ordonne la fabrication des pièces de deux sous et de quatre sous - aux lieu et place de pièces de cinq sous et de trois sous, (qui avaient été autorisées par Décret du 25 août 1792 et frappées par des articles réunis, de la ville de Lyon, et exécutés SANS DÉLAI ...
Enfin le 2 juillet 1793, un Décret spécifie que le transport des monnaies de cuivre, qui doivent être distribuées dans les départements, sera fait aux frais du Trésor public, et ne seront pas retenus aux municipalités et aux citoyens auxquelles elles doivent être distribuées, en échange des assignats ..."
Le 24 août 1793, un Décret, en 11 articles :
Art. 4 - Ordonne la fabrication de pièces de un décime, cinq centimes et un centime.
Enfin, le 12 septembre 1793, un autre Décret en 4 articles dit :
Article premier - Il sera fabriqué en bronze, des pièces de cinq décimes, en nombre suffisant, pour SATISFAIRE AUX ÉCHANGES DE PETITES VALEURS.

L'adoption totale du système décimal monétaire ne fut décidée que le 15 août 1795, 28 thermidor an III par une loi, relative à la Fabrication des Monnaies d'or, d'argent et de la petite monnaie, avec unité monétaire du nom de franc, décime et centime.
A partir de ce moment, il semble que la situation s'était améliorée car le 4 janvier 1796, un arrêté fut pris pour régler l'emploi de la monnaie de cuivre, dans les paiements à faire aux différentes caisses publiques :
Il ne pourra être admis en paiement de tous les droits et contributions ... payables en numéraire que le quarantième en monnaie de cuivre.
Mais pour comprendre tous les motifs de l'affluence de la monnaie de cuivre, aux caisses de l'Etat, il faut connaître les motifs de la loi, en 4 articles du 10 mars 1796, énumérant les peines contre ceux qui décrieraient ou refuseraient les monnaies métalliques frappées au coin de la République.
Article premier - Ceux qui, par leurs discours et leurs écrits, décrieraient les monnaies métalliques frappées au coin de la République, seront poursuivis ...
Art. 2 - Ceux qui refuseront de recevoir en paiement les monnaies métalliques ... seront punis ...

5 centimes
Il faut croire que toute la monnaie de cuivre ne pouvait plus convenir, car une nouvelle loi, qui la concerne fut édictée le 24 octobre 1796, qui prescrit des dispositions pour retirer de la circulation les pièces de métal en bronze fabriquée en exécution de la loi du 28 thermidor an III (15 août 1795) et ordonne la fabrication d'une nouvelle monnaie de cuivre, jusqu'à concurrence de 10 MILLIONS en pièces d'un et cinq centimes et d'un décime, soit I million en pièces de un centime, 4 millions en pièces de cinq centimes, 5 millions en pièces de un décime (10 centimes).
Deux ans après, le 17 février 1799, une nouvelle loi ordonne la fabrication d'une monnaie de cuivre, jusqu'à concurrence de 10 millions, dont 5 millions en pièces de cinq centimes.
L'émission de cette monnaie ne devait se faire qu'au fur et à mesure de la rentrée dans les caisses publiques, de la monnaie de métal de cloches.

Mais le 26 août 1799, une dernière loi ordonne encore la fabrication de 10 millions de monnaie de cuivre, qui était destinée aux fonds du service de l'an VIII.
Par contre, l'article 3 dit :
Les dispositions de la loi du 17 février 1799, qui suspendaient l'émission sont rapportées.
Il semble donc que l'on a ordonné en l'espace de 6 mois, la frappe de 20 millions de monnaie de cuivre, à ajouter aux 10 millions frappés en exécution de la loi du 24 octobre 1796, soit en 3 ans, 30 millions de monnaie de cuivre.

En 1807, par décret du 25 septembre, des pièces de 10 centimes, en billon, furent frappées au type de une N, couronnée d'une couronne impériale avec la légende "Napoléon Empereur".

Tous ces décrets et lois, indiquent donc bien dans quelles conditions peut se produire une crise de monnaie de cuivre.

GABRIEL ROGER
L'Intermédiaire des chercheurs et curieux
N° 1455 Vol. LXXV 1917
After the night when I wake up I'll see what tomorrow brings
tres bon topic :ok:
Gloria ad Tisonem
Bonjour ALM,

Merci pour ce topic fort instructif, j'apprécie tout particulièrement les monnaies en métal de cloche, leurs histoire est particulière.

Bonne soirée
Article très intéressant merci ALM

Le fuseau horaire utilisé est GMT+1:00.
L'heure actuelle est 2h47.