Menu

Question de numisméthique (à Nicomaque)

Auteur Message
Canaan
Inscrit le : 16-01-2018
Messages : 1533
Bonsoir,

Dans son célèbre "Éthique à Nicomaque", Aristote énonce 3 propriétés, reconnues encore aujourd'hui, qui nous permettent de définir la notion de "monnaie" :

Unité de compte : qui permet d’exprimer la valeur de n’importe quel bien.
Intermédiaire dans les échanges : qui nous évite d’avoir recours au troc.
Fonction de réserve de valeur : On peut la conserver pour l’utiliser plus tard.

Dans nos sociétés contemporaines, la monnaie prend la forme de pièces et de billets de banque, qui répondent à ces 3 propriétés de la monnaie.

Néanmoins, les pièces et billets ne sont pas faits en or ou en un quelconque métal précieux ! La fonction de réserve de valeur que nous conférons à nos euros ne vient donc pas de leur composition mais de la confiance que nous avons dans la possibilité d’un échange ultérieur contre des biens et services.

D’ailleurs, les billets et pièces sont appelés "monnaie fiduciaire" qui a pour étymologie "fiducia", la confiance en latin.

Ainsi, la confiance est primordiale en ce qui concerne la monnaie fiduciaire qui n'a pas de valeur intrinsèque. C’est ce sentiment qui nous autorise à échanger un bout de papier, le billet, contre un livre chez le libraire. En effet, le bouquiniste sait, qu’à son tour, il pourra échanger ce papier contre ce dont il aura envie plus tard. Cette confiance accordée à notre monnaie, l’euro, parait naturelle mais il est aisé de concevoir dans quelles circonstances ce sentiment pourrait arrêter de nous habiter : il suffirait tout simplement que nos euros ne répondent plus à la fonction de réserve de valeur que nous lui conférons. Si un jour le bouquiniste se met à penser que les euros que nous lui tendons ne valent rien, il les refusera. Nous nous rendons ainsi compte que c’est l’existence d’une fonction de réserve de valeur qui induit la confiance chez notre commerçant.

Ça c'est la définition qu'on donne à la monnaie qui repose sur notre confiance en elle. Or si on n'avait confiance en la monnaie traditionnelle en or et en argent c'est parce que sa réserve de valeur était réelle. Dans le cas de la monnaie moderne, fiduciaire, de métaux non-précieux et de papier, ce n'est pas la confiance qui nous fait l'utiliser mais la contrainte. En effet, l'or et l'argent ne sont plus autorisés à être utilisés comme monnaie depuis les Accords de la Jamaïque signés le 8 janvier 1976.

Qu'en pensez-vous ? :)
« Je ne veux pas être possédé par ce que je possède. »
« Tout ce qui n'est pas nécessaire, n'est pas utile. »  (Francis Lalanne)
ALM
Inscrit le : 10-09-2009
Messages : 31318
Bonjour

je pense que comme réserve, il faut se diversifier car si une monnaie s'effondre cela ne vaut plus que le papier ou le métal

il faut donc avoir une réserve d'or et d'argent qui auront toujours de la valeur indépendament des lois qui autorisent ou réglementent à ce sujet
ALM
Canaan
Inscrit le : 16-01-2018
Messages : 1533
Je me demande si nos pièces de collection ne peuvent pas finalement être considérées aussi comme réserve de valeur à l'instar des métaux précieux en tant qu'objets d'art ayant chacune une cotation officielle !?
« Je ne veux pas être possédé par ce que je possède. »
« Tout ce qui n'est pas nécessaire, n'est pas utile. »  (Francis Lalanne)
HANNIBAL
Inscrit le : 16-06-2014
Messages : 135
Une cotation étant le résultat de l’offre opposée à la demande (et vice versa) je pense que considérer nos monnaies de collection comme une réserve de valeur est à relativiser.

En effet, le désintérêt pour un type de collection par les nouvelles générations peut faire effondrer les cotations (exemple : les cartes téléphoniques, du fait de l’apparition des mobiles).

Qui peut donc prédire de l’attrait futur pour la numismatique ? La disparition des pièces et billets au profit de monnaies numérisés (paiement par carte bancaire, téléphone, etc) est un objectif politique pour éradiquer les marché noir, et rendre traçable tous les flux financiers.
D’ailleurs, le prélèvement à la source ne serait il pas les prémices de cette future société ?

En conclusion, la seule condition selon moi, pour dire que notre collection est une réelle réserve de valeur serait de collectionner des monnaies contenant les métaux précieux de référence (or, argent).

Numismatiquement,
H.B.
La monnaie est merveilleuse, elle transcende l'histoire et survit aux temps de son porteur. C'est un messager du temps que l'on se doit de respecter.
Canaan
Inscrit le : 16-01-2018
Messages : 1533
Bonjour Hannibal,

J'pense que t'as malheureusement raison . :(

Que vaudraient nos pièces, hors métaux précieux, en temps de guerre par exemple, pour prendre la pire des situations ? Qui voudrait échanger des denrées de base contre des pièces de collection ? Ça serait intéressant de trouver un exemple historique, le marché numismatique en période de guerre. Ça serait plutôt l'opportunité pour de riches collectionneurs de rafler des pièces chères et rares, voire des collections complètes. ​

C'est sûr qu'on ne collectionne pas des pièces pour se protéger de l'inflation, d'une crise financière ou d'une guerre. Ces différents scénarios catastrophes nous permettent quand même de relativiser, comme tu dis, la valeur de ce qu'on possède et de préférer les échanges de monnaies sur Numista plutôt que les achats afin d'investir ou d'économiser si on sent le soufre. Ce qui est apparemment le cas mais c'est un autre sujet. :)
« Je ne veux pas être possédé par ce que je possède. »
« Tout ce qui n'est pas nécessaire, n'est pas utile. »  (Francis Lalanne)
ALM
Inscrit le : 10-09-2009
Messages : 31318
bonjour

en temps de crise grave genre guerre, de riches collectionneurs ou d'autres profiteurs non collectionneurs achéteraient des collections mais également bijoux, tableaux et oeuvres d'art à très bas prix :

- pour agrandir à peu de frais leurs collections pour les uns
- pour spéculer sur la misère des gens pour d'autres

bref ce serait comme maintenant mais en pire !
ALM

Le fuseau horaire utilisé est GMT+1:00.
L'heure actuelle est 2h44.