Menu

Les timbres-monnaie

Les timbres-monnaie

En 1918, la France manque cruellement de petite monnaie. En effet, la guerre a nécessité l'utilisation massive de métaux tels que le cuivre, et l'État ne produit plus de petites pièces.

Revers d'un timbre-monnaie de 5 centimes
Avers d'un timbre-monnaie du Crédit Lyonnais

C'est en 1920 qu'Édouard Bouchaud-Praceiq invente le timbre-monnaie. Constitués d'une capsule en aluminium ou en fer-blanc, dans laquelle est enchâssée un timbre-poste retenu par un disque en mica, ces jetons peuvent servir de monnaie d'échange en l'absence de pièces officielles.

Contrairement aux autres jetons de cette époque, la valeur faciale est représentée par un timbre ayant une valeur fiduciaire officielle (le timbre entre 5 et 25 centimes peut même être réutilisé), tout en étant suffisamment résistant à l'usure grâce à la protection de la capsule.

Les coûts importants de fabrication, qui s'élèvent à 10 centimes, sont financés par des entreprises qui profitent de ces jetons pour faire leur publicité, tout particulièrement le Crédit Lyonnais (cf. photo).

Les timbres-monnaie disparaissent en 1924, lorsque l'État recommence à frapper des petites pièces.

De nombreux types différents ont été fabriqués, qui diffèrent par la valeur du timbre, la couleur du fond et la publicité au recto, polychrome ou estampée, pour différentes entreprises. Cependant, ils ont tous été fabriqués en petite quantité et sont plutôt rares aujourd'hui. Vous pouvez découvrir quelques jolies photos ici ou .

Commentaires

Ecrire un commentaire