Menu

Thaïlande

NumisdocFiches pays

Écrit le 16 décembre 2015 • Commentaires (0)

La Thaïlande est une monarchie constitutionnelle de l'Asie du Sud-est.

Fondée en 1782, la dynastie Chakri prit la succession des rois d'Ayutthaya défaits par les Birmans. C'est lors de ce changement dynastique que Bangkok devint la capitale du royaume. Les rois Chakri prirent le nom dynastique de « Rama ». Neuf rois se sont succédés sur le trône depuis 1782. En 1932, la monarchie absolue devint une monarchie constitutionnelle sur le modèle britannique.
Le roi Rama IX, neuvième de la dynastie Chakri, règne sur le pays depuis 1946.


Le drapeau


A l'époque du Royaume d'Ayutthaya, le drapeau, qui servait comme point de ralliement sur les champs de bataille, était rouge uni. Le rouge était non seulement la couleur du haut dignitaire du Royaume mais aussi une couleur qui se voit de loin au premier coup d'œil.
Sous Rama I, pour distinguer le drapeau thaïlandais du drapeau malais qui, lui aussi était rouge, une chakra blanche y fut ajoutée.
Le roi Rama II, propriétaire de 3 éléphants blancs fit placer cet animal sacré à l'intérieur de la chakra.
Entre 1851 et 1868, Rama IV décida de désolidariser l'éléphant de la chakra. 2 drapeaux flottèrent alors sur le Royaume du Siam : la chakra blanche sur fond rouge pour tout ce qui concernait le Roi et l'éléphant blanc pour les autres occasions.
En 1916, Rama VI posa l'éléphant sur un socle et le harnacha.
En septembre de la même année, il se rendit dans le nord du pays que des inondations avaient ravagé. Il vit que dans le chaos, des drapeaux avaient été hissés à l'envers, l'éléphant sacré avec les pattes en l'air. Pour empêcher que ce sacrilège ne se reproduise, il décida d'opter pour un drapeau qui serait toujours dans le bon sens et c'est ainsi qu'apparurent, en 1917 pour la première fois, 3 bandes rouges horizontales sur fond blanc.
Après la première guerre mondiale, le drapeau actuel fut adopté. Le bleu est la couleur de la monarchie, le blanc, celle du Bouddhisme et le rouge représente le peuple.

                         
 

La monnaie à travers les siècles

Au cours de son histoire, la Thaïlande actuelle a souvent changé de nom et de frontières selon les les différents royaumes qui, au cours des siècles, s'y sont formés.

Du 1er au 13ème siècles : la Péninsule d'Or

Entre le 1er et le 13ème siècle de notre ère, le Royaume de Suvarnaphumi (Péninsule d'Or) s'étendait sur l'aire de la Thaïlande actuelle. Les nombreuses sources d'eau fraîche, l'abondante végétation comestible et la richesse des minerais qu'on y trouvait ont donné son nom à cette péninsule.
Les différentes monnaies trouvées dans la région révèlent la prospérité des royaumes du Funan, de Dvadaravati, de Srivijaya et de Lawo.

  • Le Royaume du Funan
Jusqu'au 6ème siècle, le Funan, s'étendant à l'origine sur les plaines de la rivière Chao Phraya (au sud de Bangkok) prit de l'extension jusqu'au bassin de la rivière Mekong pour couvrir le sud-est de la Thaïlande actuelle.
Sa situation géographique et la facilité d'y accéder contribuèrent à son succès et le royaume devint la principale place d'échange de l'Asie du Sud-Est.
L'essort de la région attira les marchands venus de partout et principalement d'Inde et de Chine.

Les peuples migrant vers le Funan apportèrent avec eux leurs monnaies. C'est ainsi qu'on y trouva même des Antonius d'or datés 152.
Les pièces en circulation étaient des pièces en argent. Elles étaient coulées et leur design avait été inspiré des pièces apportées par les marchands venus d'Inde.

  • Le Royaume de Dvadaravati
Vers le 6ème siècle, la popularité du Royaume du Funan déclina. Une dizaine de royaumes déclarèrent leur indépendance. Entre le 6ème et le 11ème siècle, le Royaume de Dvadaravati domina la région.
Dvadaravati signifie "Cité aux multiples portes".
Sa situation géographique lui permit d'accueillir les hommes d'affaires venus par la terre et par la mer; ce qui contribua au développement du commerce et de la richesse du royaume.

Le Royaume de Dvadaravati produisit plusieurs sortes de pièces qui servirent de monnaie d'échange. Leur design révèle la puissance du royaume par les symboles monarchiques et les signes religieux (bouddhistes et brahamistes).
Certaines pièces représentaient une vache, une chèvre, un lièvre ou une feuille de lys avec des œufs de poisson sur le listel et un shrivatsa au revers.

Suite à l'expansion du Royaume du Lawo et de l'invasion des Khmer, le Royaume de Dvadaravati perdit de sa puissance au 11ème siècle.

  • Le Royaume de Srivijaya
Pendant 8 siècles, le Royaume de Srivijaya ou le "Pays des commerçants venus de la mer" s'enrichissait en contrôlant le commerce entre les différentes communautés du sud de la Péninsule d'or ainsi que le commerce par voie maritime entre la Chine et l'Inde.

Les 2 monnaies principales étaient le Dok Chan et le Namo.
Le Dok Chan, en or ou en argent, est une monnaie ronde et plate avec une fleur à 4 pétales sur l'avers et le mot "Wara" en sanskrit sur le revers.
Le Namo, plus petit, était en alliage d'argent et d'antimoine. L'avers était frappé d'une lettre ressemblant au N thaïlandais (น) tandis que le revers était brut.

En 1275, le Royaume de Srivijaya se désintégra suite à l'attaque des Javanais et perdit ce qui faisait sa force : le contrôle des ports.

  • Le Royaume de Lawo
Tandis que, entre le 5ème et le 13ème siècle, les différents royaumes rivalisaient de puissance, il fallait compter également avec le Royaume de Lawo.
Lawo vient de "Lawa", le nom du fils de Phra Rama qui est une figure de la mythologie thaïlandaise.
Les territoires du Royaume de Lawo ont été sous le contrôle du Royaume de Dvadaravati pendant le 8ème siècle et sous le contrôle du Royaume de Chen-La entre le 9ème et le 11ème siècles.
En 1283, il fut annexé par le Royaume de Sukhothai.

Des petites pièces en argent circulèrent au Royaume de Lawo. On les nommait "Lawa Bura" du fait de l'inscription sanskrit "Lawa" sur une face et "Bura" (ville) de l'autre.


Du 13ème au 16ème siècles : les Pays de l'Indépendance

Au cours du 13ème siècle, de nombreux royaumes se libérèrent des Khmer et développèrent leur indépendance administrative et économique.
Le royaume de la grandeur suprême était le Royaume de Sukhothai sur lequel est fondée la culture thaïlandaise actuelle et notamment l'alphabet thaï.
Le Royaume de Sukhothai développa des liens commerciaux étroits avec les royaumes voisins : les royaumes de Lan Na et Lan Chang

  • Le Royaume de Sukhothai
Le Royaume de Sukhothai fut fondé en 1238 après l'union des armées de différents royaumes de la Péninsule d'Or qui reprirent le pouvoir administratif aux Khmer et déclarèrent l'indépendance du royaume.
Le sommet de la puissance administrative, politique et du développement du royaume fut atteint durant le règne du Roi Ramkhamhaeng, de 1279 à 1299.
Le territoire du royaume s'étendait sur toute la péninsule malaise.

La monnaie populaire était le "Pod Duang". L'origine du mot serait dérivée du mot kod duang qui signifie "larve d'insecte enroulée". C'était une barre d'argent, pointue à ses extrémités qui, frappée à coups de marteau, prenait cette forme de larve.

Les dirigeants du Royaume de Sukhothai n'avaient pas monopolisé ni limité la production de Pod Duangs. On en trouvait donc de styles et spécifications différentes. Les poinçons qu'on y trouvait pouvaient donc être du dirigeant, du producteur ou de l'autorité garante de la pureté de l'argent.
De un à sept poinçons en déterminaient l'origine et des entailles garantissaient la masse d'argent.

Après 200 ans de puissance, de commerce prospère et de dominance culturelle, le déclin du royaume commença. Vers 1438, Sukhothai devint un état satellite du Royaume d'Ayutthaya.

  • Le Royaume de Lan Na
Chiang Mai, capitale du Royaume de Lan Na fut fondée en 1296. La période de plein développement du Royaume de Lan Na coïncide avec celle des royaumes de Sukhothai et de Lan Chang. Dès lors, afin de créer un climat de paix et assurer la tranquilité de leur royaume et afin de concurrencer la puissance des Birmans, de Sukhothai et d'Ayutthaya, le roi de Lan Na favorisa les relations politiques et économiques avec les royaumes de Sukhothai et de Lan Chang. Cela permit une longue période d'échanges socio-culturels et de très bonnes relations commerciales.

L'économie du Royaume de Lan Na était, depuis le 8ème siècle, basée sur le passage des caravanes de marchands venant du Yunnan en Chine et de l'état de Shan en Birmanie qui traversaient le territoire pour se rendre sur les places commerciales du nord du
Siam.

Ces marchands amenèrent avec eux des monnaies d'argent et d'or de toutes formes mais de tailles et de poids précis appelées "Sycee". Elles portaient des inscriptions chinoises selon leur région de provenance.

La monnaie locale était différente et portait des noms tels "Chiang (Kha Keem)" (pince), "Bai Mai" (feuille), "Dok Mai" (fleur), "Tok (Hoi Koang)" (coquillage) ou "Pak Moo" (gueule de porc). Ces différentes monnaies étaient en argent ou en alliage à base d'argent. Des monnaies en bronze circulaient également pour "faire le compte".

Les monnaies utilisées dans le Royaume de Lan Na et principalement les "Tok" restèrent en usage jusqu'au règne du roi Rama V.

  • Le Royaume de Lan Chang
Le territoire du Royaume de Lan Chang s'étend le long de la côte est de la rivière Mekong, entre le Lan Na et le Annam (l'actuel Vietnam). Durant sa période de prospérité, il s'étendit même, au nord jusqu'à Xishuangbanna au Yunnan et jusqu'au Cambodge au sud.

Les bonnes relations avec les royaumes adjacents ont diversifié le type de monnaie ayant cours au Lan Chang. Ainsi, chaque communauté pouvait produire sa monnaie selon ses propres standarts. Les monnaies de contrées plus lointaines, telles que les Pod Duang de Sukhothai, les E-Pae de Chine, les Rupees birmanes, les Ring, Ding et Bar de l'Annam et les Chang de Lan Na, y étaient acceptées.

Le Royaume de Lan Chang produisait également ses propres monnaies : le "Hang" (auge) qui était en argent pur à plus de 980‰, le "Tu (Hang Noi)" (barre d'argent aux bords arrondis), le "Hoi" (unité de mesure de poids équivalent à 10 Bahts) et le "Lad (Tong Lad)".

Alors que le "Hoi" est en argent, le "Lad", de même aspect est plus petit et est en alliage de cuivre et de bronze.
Le "Hoi" était marqué "หม" (pour Chiang Mai) ou "กก" (pour Chiang Rai) à chaque extrémité et au centre tandis que les poinçons sur le "Lad" étaient des éléphants, des tortues, des poissons, des astérisques, des chakras etc. Le Lad (de Talad, marché) était la petite monnaie utilisée pour les achats courants.

Du 13ème au 20ème siècles : Les territoires péninsulaires du sud

Au 13ème siècle, de nombreux petits territoires contribuèrent à l'ascension des royaumes de Sukhothai, de Lan Na et de Lan Chang. Parmi ceux-ci, il y en a 5 dont la prospérité se prolongea au delà du 15ème siècle : Pattani, Yala, Narathiwat, Phatthalung et Surat Thani.

Ces territoires ont été fortement influencés par la Chine et les pays arabes. Le commerce avec les Arabes et les Chinois y a amené une grande diversité de monnaies circulantes. On y trouvait aussi bien des pièces d'or avec des signes arabes que des E-Pae chinois.

Ces derniers ont même été coulés localement en alliage de plomb et d'étain pour subvenir au besoin incessant de petite monnaie. Ils portaient des inscriptions en thaï, chinois ou arabe.

Chaque état qui produisait les E-Pae y apposait ses propres signes.
Ils furent utilisés pendant de très nombreuses années avant d'être remplacés par les petites monnaies locales.

De 1350 à 1767 : le Royaume d'Ayutthaya

Durant 417 ans, le Royaume d'Ayutthaya vécut dans la grandeur.
Son territoire s'étendait de la jonction des rivières importantes, ce qui favorisait l'irrigation des terres agricoles, jusqu'à la mer, ce qui avantageait le commerce international.
En plus d'une situation géographique idéale, d'un système politique structuré, d'une économie organisée et d'une société ordonnée qui contribuaient à sa puissance, Ayutthaya produisait la monnaie qui alimentait son propre système monétaire.

Ayutthaya développa ses cités portuaires sur le Golf de Thaïlande et permit ainsi les échanges commerciaux avec la Malaysie Péninsulaire, la Chine, l'Inde, L'Arabie, le Japon et l'Europe.
La Court Royale envoya des bateaux aux quatre coins de la terre ce qui contribua également à bâtir la prospérité du royaume.
Les Portugais furent les premiers à commercer avec Ayutthaya. Les Espagnols, les Hollandais, les Anglais et les Français furent attirés, eux aussi, par les peaux, les bois aromatiques, le poivre, les épices, l'étain, le riz, l'ivoire et autres richesses que l'on pouvait trouver sur les marchés.

Le commerce étant important pour l'économie, l'Etat décida de les contrôler et imposa un système monétaire unique. Il s'en réserva le monopole de la production.
Comme dans la période florissante du Royaume de Sukhothai, le Pod Duang était la monnaie de base à Ayutthaya. Il subit toutefois quelques modifications et fut en constante évolution.
Ainsi, au fil du temps, le Pod Duang d'Ayutthaya devint plus compact et ses pointes plus larges.
Le Pod Duang d'Ayutthaya n'arborait que 2 poinçons : sur le dessus, la Chakra (symbole du royaume) et sur le devant,
la marque du roi.

Le Pod Duang étant surtout une monnaie circulant entre marchands, le peuple utilisait le "Bia pour ses achats. Ces coquillages, amenés par les marchands venant des Maladives, de l'Inde ou des Philippines avaient une valeur de 1/800ème à 1/600ème de Fuang selon ce que pouvaient en ramener les marchands.

En 1744, le Bia venant à manquer, une autre menue monnaie fit son apparition : le Prakub.
Cette monnaie en terre cuite ne présentait qu'une seule face marquée, l'autre étant lisse. Les marques qu'on pouvait y trouver étaient le lotus, le lièvre, le lion, la poule ainsi que d'autres signes référant au Bouddhisme.

Comme de nombreux marchands venaient y faire leur commerce, le Royaume d'Ayutthaya fut inondé de nombreuses monnaies étrangères. On y trouvait donc également des O-bang et des Ko-bang japonais, des Livres Sterling britaniques, des Réal espagnols etc.
Les dirigeants instaurèrent donc un système de change entre la monnaie thaï en argent et les différents monnaies étrangères en argent. Ainsi, 1 Chang équivalait à 48,75 Réal espagnols.

Sous l'assaut des Birmans, le Royaume d'Ayutthaya tomba mais le Pod Duang survécut.

De 1767 à 1782 : le Royaume de Thonburi

Le nouveau roi Taksin réussit à repousser les Birmans d'une grande partie du royaume. Mais à son retour de la guerre, il ne put que constater le saccage du Royaume d'Ayutthaya.

Le 20 décembre 1767, il fit de Thonburi la nouvelle capitale du royaume. La ville était petite en superficie, donc facile à gérer et à défendre, et en bord de mer , donc propice pour le commerce.
Il envoya des émissaires en Chine afin de relancer les échanges et y embaucher de la main-d'œuvre.

Au début du règne, le Pod Duang d'Ayutthaya était toujours la monnaie d'échange. Plus tard, le Roi Taksin produisit ses propres Pod Duang avec les mêmes caractéristiques mais parés de son signe royal : un Trisula (trident) ou, selon d'autres sources : un Thavivudh

De 1782 à 1851 : la Dynastie Chakri

Durant le règne de la dynastie Chakri, le Pod Duang est resté la monnaie de base. Les différents souverains y frappèrent leurs marques.

  • 1782 - 1809 : le règne de Rama I
En 1782, après l'assassinat de Roi Taksin, la noblesse et les serviteurs du peuple choisirent Chao Phraya Chakri, général de l'armée siamoise, pour en faire leur roi. En 1785, il fit de Bangkok la capitale.
Cette même année, en plus de la Chakra, marque du royaume, il fit appliquer son emblême, le Bua Unalom sur les Pod Duang.

  • 1809 - 1824 : le règne de Rama II
La paix était revenue et avec elle, la croissance économique reprit de l'essor.
Grâce aux échanges commerciaux avec la Chine, Singapour, Penang et Saïgon, les caisses de l'état se remplirent à nouveau.
La monnaie restait le Pod Duang avec, comme signe royal, le Garuda.
Les valeurs étaient : le Baht, le 1/2 Baht, le Salung et le Fuang.

  • 1824 - 1851 : le règne de Rama III
Le règne du Roi Rama III fut marqué d'une sécurité politique et administrative où la religion était dominante et l'économie prospère.
Le 20 juin 1826, le Siam et le Royaume-Uni signaient le Traité de Burney abolissant ainsi le monopole d'état qui avait été instauré au temps d'Ayutthaya. Cet accord intensifia les échanges commerciaux avec de nombreux pays. La Chine restait, cependant, le premier partenaire.
La monnaie produite durant cette période dorée restait le Pod Duang. Le Garuda avait été remplacé par le Prasat (Palais Royal).
Les valeurs étaient : le Tamlung, le 1/2 Tamlung, le Baht, le 1/2 Baht, le Salung, le Fuang, le 1/2 Fuang et le Pai. Ces 2 derniers étant de trop petite taille pour 2 poinçons, seul le Prasat y était frappé.

Des Pod Duang commémoratifs furent émis pour célébrer les grands événements :
- le Pod Duang Krut Sio en argent d'une valeur de 10 Salung. Ils furent distribués à la Famille Royale et aux anciens serviteurs du peuple en mémoire de la crémation du roi Rama II, le 29 avril 1825.

- le Pod Duang Bai Matum en or et argent en mémoire de la crémation de la Princesse Mère, le 6 mai 1836. Il fut produit en 6 valeurs différentes : le Baht, le 1/2 Baht, le Salung, le Fuang, le 1/2 Fuang et le Pai.

- le Pod Duang Chaleo en argent de la valeur de 1 Baht. La particuarité de ce Pod Duang est qu'il n'avait que la marque du Chaleo.
Le Chaleo est un signe magique qui est censé protéger des maladies.

- le Pod Duang Prasat en or pour célébrer le Wat Phra Chettuphon (Temple au Bouddha Couché).
A cette occasion, le roi fit produire également des Pod Duang Dok Mai (fleur) d'or et d'argent.

Rama III était très religieux, ce qui amena un grand changement dans la monnaie du Siam. Les Bia étant un coquillage, donc une créature vivante, son usage comme moyen de paiement était, à ses yeux, un grand péché. Il en interdit donc l'usage et essaya de produire des pièces en cuivre. Il marquait ainsi un grand tournant dans l'histoire de la monnaie thaïlandaise : la production de pièces plates destinées à la circulation.

  • 1851 à 1868 : le règne de Rama IV
Durant le règne de Rama IV, le Siam s'occupa à sauvegarder et à moderniser sa Souveraineté face à l'expansion de la colonisation occidentale.
Grâce à sa sagesse et à son génie diplomatique, le Roi Rama IV établit des relations amicales et de libre-échange avec les super puissances. En plus du maintient de l'indépendance et de la souveraineté nationale, ces relations contribuèrent également au développement économique et à la modernisation de la production monétaire.
Le changement le plus important reste le passage à la monnaie produite par des machines. Les pièces plates remplacèrent les Pod Duang.
Pour la première fois de son histoire, le Siam entrait dans le système international.

Au début du règne de Rama IV, le Pod Duang était toujours en circulation pour le commerce intérieur. En 1851, il produisit des Pod Duang d'or frappés de la Chakra et du Mongkut (couronne), son symbole. Les valeurs en étaient : le Tamlung, le 1/2 Tamlung, le Baht, le 1/2 Baht, le Salung, le Fuang, le 1/2 Fuang et le Pai.
Plus tard, il produisit d'autres Pod Duang en argent et en or.

Devant l'incapacité de produire assez de Pod Duang pour satisfaire la demande et pour empêcher la prolifération de contre-façons, le Roi Rama IV fit imprimer des billets en papier, les Mai.

A la suite du Traité de Bowring, signé le 18 juin 1855, et plus tard, aux mêmes accords passés avec les États-Unis, la France, le Portugal, les Pays-Bas, la Prusse et d'autres puissances occidentales, de nombreux changements furent instaurés dans le système économique et notamment la limitation des taxes d'import-export et l'abrogation du monopole de la taxation par le Siam.

Ces accords de libre-échange entre les marchands étrangers et les commerçants thaïs eurent pour conséquence que le commerce s'intensifia et que la monnaie ne suffît plus.

Le 8 mai 1857, le Roi commanda donc une machine à vapeur pour produire des pièces qui seront mises en circulation en septembre 1860. Entretemps, une machine manuelle, offerte par la Reine Victoria, fut mise en service et produisit ce que les Thaïs appelaient "les pièces cadeau" (gift coins).
Les pièces produites en argent et en or étaient le Baht, le 1/2 Baht, le Salung, le Fuang et le 1/2 Fuang. Des pièces de plus petite valeur furent également frappées.

  • 1868 à 1910 : la restructuration
Le règne de Rama V fut marqué de grandes réformes.

En 1876 une nouvelle machine, électrique et plus rapide que la précédente, commença la production de pièces. C'est sur cette machine que pour la première fois furent frappées des monnaies où un monarch du Siam était représenté.
En 1904, les Pod Duang, en place depuis la période Sukhothai, furent retirés définitivement de la circulation.
Afin de s'adapter aux normes occidentales, le système monétaire qui comptait jusqu'alors 13 niveaux basés sur le poids de métal noble(voir tableau ci-dessous) passa au système décimal où 1 Baht valait 100 Satangs. Des pièces de 5 et 10 Satangs en nickel ainsi que des pièces de 1 Satang furent commandées en Belgique et des pièces de 1 Baht en argent à Paris. Ces dernières furent livrées après le décès du Roi. Son successeur, Rama VI en fit faire des plaques commémoratives qui furent distribuées lors de la crémation de son père.

De 1910 à 1946 : les grandes crises

  • 1910 - 1925 : le règne de Rama VI
Durant les 3 premières années de son règne, il ne changea rien à la production, au design et à la valeur des pièces de monnaie.
En 1915, la petite monnaie venant à manquer, il fit frapper des pièces de 1 et 2 Salungs (1 Salung = 25 Satangs) contenant 80% d'argent.
A cause de la guerre, le prix des métaux augmenta considérablement avec pour conséquence que le taux d'argent contenu dans la monnaie descendit jusqu'à 50%.

  • 1925 - 1934 : le règne de Rama VII
Lors de sa montée sur le trône, le roi Rama VII doit faire face à une balance budgétaire des plus catastrophiques.
Il prend donc des mesures pour réduire les dépenses dont l'arrêt de la production de pièces de monnaie.
Comme le voulait la tradition que chaque roi fit frapper "ses" pièces, il commanda, à l'étranger, des pièces en argent à son portrait. Les valeurs faciales étaient de 25 et 50 Satangs. Ainsi, il mettait fin à la transition entre le système basé sur le poids en argent et le système décimal. Transition qui avait quand même duré une dizaine d'année.
En 1932, un coup d'État abolit la monarchie absolue au profit d'une monarchie constitutionnelle. L'institution gérant les finances ainsi que la frappe des monnaies changea de nom et , de "Ministère du Trésor Royal", devint "Ministère des Finances".

  • 1934 - 1946 : le règne de Rama VIII
Suite à l'abdication et l'exil de Rama VII, le parlement invita son fils aîné, alors âgé de 9 ans à monter sur le trône. Il devint le roi Rama VIII.
Les premières pièces frappées sous son règne étaient de valeur de 1, 5 et 10 Satangs. Leur design était identique aux pièces précédentes.
C'est en 1939, lorsque le "Siam" changea de nom pour devenir la "Thaïlande" que l'inscription "สยามรัฐ" (Gouvernement du Siam) disparut des pièces et fut remplacé par "รัฐบาลไทย" (Gouvernement thaï).

De 1946 à aujourd'hui : la Terre Durable

  • 1946 - aujourd'hui : le règne de Rama IX
Après la mort tragique de son frère, le 9 juin 1946, le jeune Prince Bhumibol Adulyadej fut invité à monter sur le trône. La Thaïlande avait son 9ème roi de la Dynastie Chakri : le Roi Rama IX.
Il ramena la prospérité au Royaume. Il acheva l'intégration du Baht au système monétaire international et adapta les pièces aux standards internationaux.
En 1950, la première série de pièces frappées sous son règne comprenait des pièces de 5, 10, 25 et 50 Satangs. Vu sa faible valeur faciale et son coût de production élevé, la frappe de la pièce de 1 Satang fut abandonnée.
La première pièce de 1 Baht à son effigie fut frappée en 1957.
Depuis, le design des pièces a souvent changé.
De nombreuses pièces commémoratives frappées chaque année rencontrent un grand succès auprès de la population.

La monnaie actuelle

La monnaie actuelle est le Baht (THB). Un Baht est égal à 100 Satangs.
Les différentes pièces utilisées en Thaïlande sont : 25 Satang (également appelée 1 Salung), 50 Satang, 1 Baht, 2 Baht, 5 Baht et 10 Baht.

Chaque année, des pièces commémoratives de valeur supérieure à 1 Baht sont frappées mais ne sont pas destinées à la circulation.

Unités monétaires

Table de conversion

Solot
โสฬส
Satang
สตางค์
Att
อัธ
Sio
เสี้ยว
Sik
ซีก
Fuang
เฝือง
Salung
สลึง
Baht
บาท
Tamlung
ตำลึง
Chang
ชั่ง
Solot
โสฬส
---
---
2
4
8
16
32
128
---
---
Satang
สตางค์
---
---
---
---
---
---
25
100
---
---
Att
อัธ
1/2
---
---
2
4
8
16
64
---
---
Sio
เสี้ยว
1/4
---
1/2
---
2
4
8
32
---
---
Sik
ซีก
1/8
---
1/4
1/2
---
2
4
16
---
---
Fuang
เฝือง
1/16
---
1/8
1/4
1/2
---
2
8
---
---
Salung
สลึง
1/32
1/25
1/16
1/8
1/4
1/2
---
4
---
---
Baht
บาท
1/128
1/100
1/64
1/32
1/16
1/8
1/4
---
4
---
Tamlung
ตำลึง
---
---
---
---
---
---
---
1/4
---
20
Chang
ชั่ง
---
---
---
---
---
---
---
---
1/20
---

Symbole national

Garuda est un homme-oiseau fabuleux de la mythologie hindouiste et bouddhiste.
Il est l'emblème de la monarchie en Thaïlande ; un drapeau jaune frappé d'un Garuda rouge (appelé en thaï Khrouth ครุฑ) flotte sur le palais quand le roi est présent. Il est aussi considéré comme un emblème national, puisqu'il orne les bâtiments officiels, le passeport et les billets de banque. En reconnaissance des services rendus à la nation, le roi accorde à quelques grandes sociétés commerciales le droit de l'utiliser pour décorer leur façade et leurs documents officiels.



Sources :
Images :
Littérature :
  • The Evolution of Thai Money - Département du Trésor
  • Standart Catalogue of Thai Coins - Veerachai Smitasin
  • Siamese Coins, from Funan to the Fifth Reign - R. Krisadaolarn & V. Mihailovs
  • Studies of Old Thai Coins - U. Guehler
  • The Coinage of Siam - R. S. Le May
  • Geld aus dem Reichen des Weissen Elefanten - Brochure de la Kreissparkasse Köln